La mise en pratique du rétablissement

En cas d'urgence adressez-vous, s'il vous plaît, à l'hôpital le plus proche.

Merci

 

 

Zemmour K, Tinland A, Boucekine M, Girard V, Loubière S, Resseguier N, Fond G, Auquier P, Boyer L  "French Housing First Study Group..Validation of the Medication Adherence Rating Scale in homeless patients with schizophrenia" Results from the French Housing First experience. Sci Rep. 2016 Aug 18;6:31598.

 

Girard V, Tinland A, Boucekine M, Loubière S, Lancon C, Boyer L, Auquier P; French Housing First Study Group. "Validity of a common quality of life measurement in homeless individuals with bipolar disorder and schizophrenia"  J Affect Disord. 2016 Nov 1;204:131-7.

 

Grard Julien. 2016  "Troubles psychiques et bouc-émissaire. La vie de Paul", in Verdier E. et Coutant E. (dir.), Boucs émissaires : combattre l'indifférence, refuser la soumission. Saint-Martin-de-Londres, H&O Editions.

 

Grard Julien. 2016  "A bon entendeur, de la schizophrénie à l'entente de voix, catégories émergentes en pratique dans le champ des alternatives à la psychiatrie", in Cano N., Henry J-M, Lagier F., Ravix V. (dir), Classifications et catégories en psychiatrie : enjeux éthiques. Bordeaux, LEH éditions.

 

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Boucs_émissaires-GRARD-La_vie_de_Paul(1).pdf)Boucs_émissaires-GRARD-La_vie_de_Paul(1).pdf[ ]3836 kB

Participants

 

 

 

Nous avons choisi le terme de participant car nous portons un projet de santé communautaire ou nous nous considérons comme tous participants d'un mouvement commun, personnes directement concernées, professionnels (salariés et volonaires) et citoyens engagés. 

 

Les personnes directements concernées

 

Parce que le terme usagers, patients ou clients ne nous convenaient pas, nous avons choisi pour le moment le terme de personnes directement concernées. Elles sont directement concernées par une vie longue à la rue, des contacts répétés avec le système psychiatrique.

 

Certaines d'entre elles connaissent aussi des problèmes de mésusages de susbstances psychoactives.

 

Parfois elles ont connu la prison également.

 

Ces nombreuses experiences en font des spécialistes de la survie et de la débrouille, et des personnes pleines de ressources, le plus souvent inexploités, et que MARSS considère comme autant de richesses 

.

Ces trajectoires à la marge  permettent aussi d'avoir une vision du centre et de la norme décalée, riche d'enseignement. Ces personnes, plus que d'autres sont souvent  source et force de propositions.

 

Témoignages vidéo : cliquez ici 

 

Salariés et volontaires

 

L'équipe MARSS salarie environ une vingtaine de personnes.

 

C'est une équipe pluridisciplianire ou plus de dix métiers différents sont réprésentés.

 

La catégorie professionnelle la plus représentée est celle de travailleur pair/médiateur de santé, suivie par la communauté médicale  (psychiatre, généraliste et de médecin de santé publique), suivie de deux assistantes sociales, un educateur spécialisé, une psychologue, un coordinateur, un secrétaire/accueillant, un anthropologue, une spécialiste en insertion professionnelle et un data-manager.

 

Des pratiques d'ingénierie de projet, de communications et de transfert de savoir, de formation sont également effectué sans que cela corresponde à des métiers en particulier.

 

Mais l'équipe MARSS c'est aussi en moyenne sur une année une trentaine de volontaires/bénévoles, un médiateur social, deux infirmiers, une chercheuse en science politique, une spécialiste de montage de projet humnaitaire, un juriste, un vidéaste, un spécialiste en communication, un photographe, un travailleur pair addictologue, un musicien, une spécialiste webmaster et de montage de projets culturels, et de nombreuses personnes directement concernées.

 

Ces différents bénévoles aident au quotidien, tant sur des missions généralistes d'accueil et d'accompagnement, que sur des missions spécifiques d'une grande diversité (défenses des droits, aménagement de logements alternatifs, éducation thérapeutique, transfert de savoir, réalisation de vidéo, concerts, organisation d'évènements, developpement de nouveaux projets, évaluation de projets en cours, lobbying, communication, construction de réseau, etc....).

 

Citoyens et citoyennes engagé(e)s à nos coté

 

Des habitants de Marseille, mais aussi des personnes d'autres villes et d'autres pays nous soutiennent, viennent aux manifestions que nous organisons, nous appelent, nous encouragent et proposent leurs aides.

 

L'équipe MARSS s'appuie sur un réseau et un partenariat local fort.

 

Certains acteurs sont impliqués bien plus que comme de simples partenaires, donnant de leur temps de façon significative et sont engagés auprès de MARSS depuis des années .

 

 

 

Les travailleurs pairs/médiateurs de santé

 

Les travailleurs pairs sont des personnes qui ont une experience de vie et/ou de maladie similaire à celles des personnes avec qui elles travaillent. En l'occurence ici il s'agit d'expériences de rue, de maladie psychiatrique et/ou d'addictions.

 

Le projet MARSS est née de la rencontre entre un interne en psychiatrie et une personne de la rue en 2004.

 

Cette dernière va devenir le premier travailleur pair de l'équipe.

 

Douze ans aprés, elle fait toujours partie de l'équipe.

 

Ce nouveau metier fait donc partie de l'ADN de l'équipe MARSS.

 

Témoignages videos de MARSS:  cliquez ici 

 

Historique

 

 

La notion de pair-aidance est assez ancienne, et selon les personnes elle peut être considérée comme constitutive des échanges de savoir.

 

La formalisation sous sa forme actuelle/moderne, avec une théorie sous jacente de changement via les transferts de savoir d'experience pour lutter contre la maladie, remonte aux Alcooliques Anonymes.

 

La pair-aidance est aujourd'hui utilisée dans le champ sanitaire pour de très nombreuses maladies chroniques, allant de l'elephantiasis au cancer, en passant par l'alhzeimer, le diabète, l'obésité, l'asthme et biensûr le VIH.

 

 

 

Le diplôme inter-universitaire sur le rétablissement

 

Pour l'année 2016/2017  ce dipôme est suspendu. Nous développons d'autres projets de formations. Pour plus d'informations veuillez nous contacter directement.

Pourquoi nous souhaitions mettre en place ce DESIU ?

 

Le concept de rétablissement (recovery) est devenu le nouveau paradigme des politiques de santé mentale depuis plus de 20 ans dans une grande partie des pays riches.

 

Ce nouveau paradigme utilise en priorité le savoir issu de l'expérience des « malades » et propose une approche pragmatique qui influence directement le contexte de vie des personnes sans se focaliser sur la dimension bio-médicale de la maladie.

 

S'il existe un centre qui forme des équipes de soins et d’accompagnement à l’approche orientée Rétablissement en France (équipe du laboratoire de recherche de L’EPS Maison Blanche à Paris), il n’existe pas de formation qui sensibilise les acteurs à ce nouveau paradigme et à ses enjeux théoriques mais surtout pratiques. 

 

C’est pour combler ce manque d’offre de formation sur la sensibilisation au Rétablissement (soins ou accompagnement orientés rétablissement) et sur le travail pair, que plusieurs universités (Université Lille II, Paris VII, Toulouse III)  sous l’égide de celle d’Aix-Marseille, se sont réunies pour proposer ce DESIU « Pratiques orientées autour du Rétablissement ».

 

 

Quels était nos objectifs ?

 

L’objectif du DESIU « Pratiques Orientées autours du Rétablissement » est de sensibiliser deux types de publics aux enjeux tant théoriques que pratiques du Rétablissement :

 

  • des professionnels en situation de soin ou d'accompagnement, idéalement en position de décider des orientations des pratiques au sein de leur équipe
  • des personnes en rétablissement souhaitant devenir des travailleurs pairs

 

Dans l’idéal, à la fin de cette formation, les décideurs auront les outils théoriques et pratiques pour mettre en place une formation de leur équipe aux pratiques du rétablissement et recruter des travailleurs pairs. (Voir le règlement intérieur pour plus de détail sur les objectifs)

 

 

L’originalité de cette formation

 

Nous proposons une formation mixte, où vont intervenir des médiateurs de santé et des professionnels « classiques » français, travaillant ensemble, et pratiquant le rétablissement depuis des années.  Des personnes vivant avec une labellisation psychiatrique interviendront également.