La mise en pratique sur le terrain du rétablissement par MARSS

 

L'interpréatation que chaque équipe peu faire de ce que veut dire conrètement, sur le terrain,  avoir une approche orienté rétablissement peu varié grandement.

Nous souhaitons ici décrire concrètement ou nous en sommes dans nos pratiques afin de vérifer si nous ne sommes pas trop éloignés de nos valeurs.

 

Un fonctionnement communautaire

 

 

Les relations sont les plus horizontales possible entre les professionnels et avec les personnes qui viennent chercher des services et aides.

 

Les frontières entre professionnels et personnes « malades » doivent êtres les plus poreuses possibles.

 

Une majorité des professionnels sont recrutés parce qu’ils ont connu une expérience de « maladie mentale » et/ou d’addiction.

 

 

Des médiateurs ou travailleurs pairs

 

 

Ce sont des personnes qui ont connu la psychiatrie, parfois aussi la rue, les addictions et la prison.

 

Elles sont inscrites dans un processus de rétablissement avancé.

 

Elles sont recrutées sur une double compétence, une expérience personnelle et des compétences professionnelles classiques.

 

 

Le plaidoyer

 

 

L’équipe défend les droits des personnes à être des citoyens comme les autres.

 

Ces droits sont défendus tant individuellement que collectivement. 

 

Au niveau individuel les professionnels partent du principe que les personnes ont parfois besoin dans leur parcours de rétablissement d’être soutenues par des défenseurs/porte parole.

 

Au niveau collectif MARSS participe à des manifestations qui ont pour objectif de renforcer un mouvement collectif des personnes concernées.

                                          

 

La reprise du pouvoir sur soi et le monde

 

 

L’équipe travaille sur les forces des personnes autant que sur les problèmes et fragilités et la résolution de ceux-ci.

 

L’accompagnement se fait sur le projet de la personne (et non pas du professionnel).

C’est elle qui décide des priorités, des stratégies, et elle peut changer d’avis sans que cela pose problème.

 

L’équipe accompagne les erreurs et n’essaye pas forcément de les éviter à tout pris.

 

 

Avoir de l’espoir

 

 

L’équipe essaye de porter un regard positif inconditionnel sur les actions et trajectoires des personnes.

 

Malgré les difficultés et les épreuves de la vie, et sans nier les souffrances, elle essaye de porter un message d’espoir aux personnes qu’elle rencontre.

 

 

Auto-support

 

 

Des groupes d’auto-support sur les ententes de voix, le bien-être et la crise, la paranoïa et les idées non partagées ont été mis en place.

 

Des entretiens individuels d’auto-support sont également proposés.

 

 

Lutter contre les hospitalisations sous contrainte

 

 

Une politique de lutte contre la contrainte en psychiatrie a été mise en place dans l’équipe.

 

Toutes les stratégies sont recherchées, au cas par cas, pour éviter que les personnes se retrouvent hospitalisées sous contrainte.

 

Des appartements de crise ont été mis à disposition des personnes.

 

Un accompagnement intensif est proposé en cas de crise pour toutes les personnes qui le demandent.

 

Le WRAP est une première façon d’anticiper la crise, de réfléchir et d'organiser la prise en charge dont la personne souhaite bénéficier quand elle n’est plus capable de faire ses propres choix.

 

Un protocole de directives anticipées est testé en ce moment de façon expérimentale (2015-2016).